Première bataille gagnée contre la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches

Arrachage de Berce du Caucase (GROBEC, 2018)

Les résultats de la première année d’opération du projet Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches ont démontré toute la pertinence de celui-ci. En plus des colonies déjà recensées au fil des ans, c’est plus de 70 autres qui ont été répertoriées dans la région de la Chaudière-Appalaches grâce au système de signalement par lequel les citoyens et les intervenants municipaux peuvent transmettre leur signalement de colonies de berce du Caucase.

Géré conjointement par les neuf organismes de bassins versants (OBV) de la Chaudière-Appalaches, le projet a été réalisé par le Coordonnateur régional. Sous l’égide de ce coordonnateur, des équipes locales d’intervention  ont été formées afin de mieux répondre aux besoins de la communauté. C’est ainsi que tout au long de la période estivale, neuf équipes se sont déployées sur l’ensemble du territoire afin d’éradiquer la berce du Caucase.

Dès les premières poussées de croissance de la plante au début juin, les équipes d’intervention locales étaient à l’œuvre pour valider les signalements reçu, sensibiliser la population et les intervenants municipaux aux dangers que peut représenter la berce du Caucase pour la santé humaine et la biodiversité et procéder à l’éradication de cette espèce envahissante nuisible. Dans la majorité des cas, les plants ont été retirés manuellement, mais les équipes locales eurent parfois à recourir à la lutte chimique dans les cas les plus sévères.

L’élimination prioritaire de plants matures aura su venir à bout de bien des colonies en évitant la propagation des semences de berce du Caucase. Grâce à la coordination régionale dans ce projet de lutte à la berce du Caucase, des dizaines de milliers de plants ont été éliminés aux quatre coins de la Chaudière-Appalaches, dont tous les plants matures déjà connus des autorités locales. En effet, une lutte était déjà entamée depuis plusieurs années dans les secteurs du Ruisseau Fourchette et de la rivière Boyer.

Le succès de cette lutte repose sur la participation de chacun qui peut signaler, par l’entremise du formulaire de signalement au bas de la page Berce du Caucase sur le site de la ville de Lévis ou en contactant sa municipalité ou l’OBV de sa région, un plant ou une colonie de berce du Caucase. En 2018, ce sont plusieurs citoyens, producteurs agricoles et autres intervenants actifs sur le terrain qui ont contribué à lutter efficacement contre cet envahisseur ! Nous comptons sur votre collaboration pour réussir à la contrôler.

L’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches est financée à hauteur de 969 000$ sur trois ans (2018-2021) par le Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). Le projet est une initiative du Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches et est coordonné par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC).

La Chaudière-Appalaches, d’attaque pour la lutte à la berce du Caucase!

Berce du Caucase (COBARIC, 2016)

Avec l’arrivée de la belle saison, la berce du Caucase sort de sa dormance hivernale. Cette espèce exotique envahissante, qui peut s’étendre rapidement, notamment via les cours d’eau et les activités humaines comme l’agriculture, représente un risque pour la santé et l’environnement. C’est pourquoi le Regroupement des organismes de bassins versants de la Chaudière-Appalaches lance un projet mobilisateur : l’Offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches.

Le 15 mars dernier avait lieu la conférence de presse annonçant les projets qui recevront une aide financière dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR). À cet effet, le projet déposé par le Comité de bassin de la rivière Chaudière (COBARIC) recevra une aide financière de 969 000 $ sur trois ans pour la réalisation du projet de lutte contre la berce du Caucase. Ce dernier dispose depuis peu d’un coordonnateur régional chargé de concerter les acteurs et de coordonner les actions. Le projet vise tout d’abord à dresser un portrait cartographique de la distribution de l’espèce dans la région de la Chaudière-Appalaches, laquelle est partagée entre 9 des 40 organismes de bassins versants (OBV) de la province. À cet égard, une fiche de signalement et une base de données permettront la compilation et la validation des observations.

Le projet permettra également la mise en place d’une boîte à outils régionale qui rassemblera les meilleurs outils de communication existants en lien avec la berce du Caucase, ainsi que ceux élaborés pour d’autres espèces exotiques envahissantes. Des formations visant à permettre un signalement efficace de la berce du Caucase seront offertes tout au long du projet pour les intervenants municipaux, de même que pour tous les autres intervenants clés. Une partie du financement permet dès à présent la poursuite de la lutte sur les sites déjà connus. Finalement, une équipe régionale dédiée à la lutte à la berce du Caucase sera mise sur pied.

La berce du Caucase a été introduite en Amérique du Nord depuis environ un siècle à des fins horticoles, en raison de sa très grande taille et de sa floraison spectaculaire. Rapidement, l’espèce s’est révélée envahissante et constitue maintenant une menace à la biodiversité, tout particulièrement en milieu riverain. De plus, la berce du Caucase sécrète une toxine qui, au contact de la peau et à la suite d’une exposition à la lumière, provoque des brûlures pouvant être sévères. Ainsi, lorsque présente, elle limite l’accès au territoire et peut entraîner des pertes économiques au niveau de la valeur des propriétés et des activités agricoles.

Grâce à la collaboration de la Ville de Lévis, le formulaire de signalement en ligne pour la berce du Caucase est maintenant accessible à l’adresse suivante : https://villedelevis.maps.arcgis.com/apps/GeoForm/index.html?appid=c680a3ffe1fc4ccb91f49cdf8c552ecf#top

Liens utiles sur la berce du Caucase :

www.mddep.gouv.qc.ca/biodiversite/nuisibles/berce-caucase/index.htm

http://sante.gouv.qc.ca/problemes-de-sante/brulures-causees-par-la-berce-du-caucase/

Lien vers Sentinelle, l’outil de détection des espèces exotiques envahissantes :

www.mddelcc.gouv.qc.ca/biodiversite/especes-exotiques-envahissantes/sentinelle.htm

Réalisation d’un portrait de la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches

Berce du Caucase (GROBEC, 2015)

Dans le cadre du nouveau Fonds d’appui au rayonnement des régions (FARR), 969 000 $ ont été octroyés aux OBV de la Chaudière-Appalaches pour la Réalisation d’un portrait de la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches par la création et la mise à jour d’une base de données sur les plans et les colonies.

La berce du Caucase est une plante exotique envahissante. Introduite pour des raisons horticoles, sa sève contient toutefois des toxines qui, une fois en contact avec la peau et activées par la lumière, peuvent entraîner des brûlures parfois graves. La sensibilisation de la population à la présence de cette plante et à ses effets sur la santé est d’une grande importance.

Outre les problèmes de santé publique engendrés par la toxicité de cette plante, on note aussi des effets négatifs sur le fonctionnement des écosystèmes. Cette plante envahissante a des propriétés qui lui permettent de coloniser un grand territoire rapidement en prenant la place des espèces indigènes. Ceci a pour effet de diminuer la biodiversité locale, de diminuer la résilience aux stress environnementaux, d’augmenter les risques d’érosion, etc. La présence de cette plante peut avoir également des répercussions au niveau économique comme sur la réduction de la valeur des propriétés, la réduction de la productivité dans les secteurs forestiers, agricoles et peut être associée à des coûts élevés pour son éradication si elle n’est pas gérée adéquatement. Elle cause de nombreux préjudices à l’accès au territoire et donc à l’attrait qu’il peut exercer (accès publics, pêche sportive, etc.).

L’offensive régionale de lutte à la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches comprend 3 volets :

  1. Portrait et base de données
  2. Communications et formations
  3. Contrôle, éradication et suivi

Les principaux mandats sont :

  • Réalisation d’un portrait de la distribution de la berce du Caucase en Chaudière-Appalaches par la collecte des données existantes (2018)
  • Création et mise à jour de la base de données sur les plants et colonies (2018-2021)
  • Mise en place de répondants locaux (vérification des signalements, interventions terrains, accompagnement des partenaires locaux)
  • Création et mise à jour d’une boîte à outils sur l’ensemble des espèces exotiques envahissantes ouverte à tous (2018-2021)
  • Sensibilisation de la communauté à la plante et ses effets (2018-2021)
  • Formation des intervenants de première ligne (sécurité, signalements, interventions) (2018-2021)
  • Formation d’une équipe régionale certifiée pour la lutte chimique (2018)

Lire l’article de La Voix du Sud